close
Cameroun

ROUTE EBOLOWA- AKOM II – KRIBI : A PROPOS DES « BASSES MANŒUVRES DU MINTP ».

Une certaine presse est acharnée depuis peu sur le Ministre Emmanuel Nganou Djoumessi en charge des Travaux Publics. Elle l’accuse d’orchestrer des basses manœuvres sur le chantier de construction de la route Ebolowa – Akom II – Kribi, et de s’opposer à une « certaine instruction » du Chef de l’Etat.

Notre rédaction a mené une enquête à propos.

Par Joël Nlomngan

Cette route a été promise par le Chef de l’Etat aux populations de cette zone lors du comice agropastoral d’Ebolowa en janvier 2011. Le Président de la République, dans son allocution de circonstance s’exprimait ainsi : « le développement du monde rural suppose le désenclavement des bassins de production agricole, la mise en œuvre des grands projets structurants. Aussi ai-je décidé la réalisation des routes bitumées suivantes : Ebolowa-Kribi par Akom II… ». Et depuis cette annonce majeure du Chef de l’Etat, le projet est resté lettre morte. On n’en reparlera qu’au mois de mars 2017, lors de la visite en terre italienne du Président Paul Biya. Parmi les divers accords signés entre les deux hommes, va figurer en bonne place la suppression de la dette du Cameroun. Les deux parties vont dès lors décider de réactiver leurs relations économiques. Ceci passera par l’attribution par l’Etat camerounais de plusieurs marchés aux partenaires Italiens. Parmi ces marchés, la construction du Stade de football Paul Biya d’Olembé, la construction des logements sociaux, et le bitumage de la route Ebolowa – AkomII – Kribi qui sera attribué à la société ICM SPA et aussi la construction de la route Olounou – Oveng – Kom ( frontière

S’agissant du projet de construction de la route Ebolowa – Akom II – Kribi, long de 179,28 Km (avec des voies de contournements), il sera remis au goût du jour en 2017 après plus huit années d’hibernations. La correspondance N° B63/SG/PR du Ministre Secrétaire Général de la Présidence de République du 11juillet 2017, marquant le haut accord du Chef de l’Etat sur le dossier d’attribution du dit marché à l’entreprise italienne ICM SPA d’une part, et d’autre part de finaliser le dossier relatif à la mobilisation des fonds nécessaire pour le démarrage des travaux. Et le 22 Août 2017, le Ministre des Travaux Publics va mettre à exécution les directives du président de la république en signant le protocole d’accord avec ladite entreprises. Qui va de si tôt engager sur le terrain des études qui leurs permettront d’avoir une idée claire du site des travaux. Cette première visite sur le site permettra à l’entreprise italienne de prélever une vingtaine de kilogrammes de pierres et de roches pour études ceci avant le dépôt de l’offre technique. La première interrogation qui se dégage à ce niveau : Le chef de l’Etat avait –il valider le coût du projet tel que soumis par ICM SPA ou avait tout simplement marquer son accords pour que la firme italienne conduise les travaux.

Dans le souci d’accélérer le démarrage du dit projet, le Ministre Directeur du cabinet civil va saisir à nouveau le Ministre NGANOU pour lui faire part du haut accord du Président de la République. Dans une correspondance du 18 Février 2019, le DCC indique l’accord de «signature du contrat relatif au projet de construction de la route Ebolowa-Akom II-Kribi».

A cet effet, écrit le DCC, le Mintp est invité à procéder à la signature du contrat y afférent avec l’entreprise italienne ICM-CMC Spa. L’opérateur en question a déjà bouclé le dossier relatif à la mobilisation de tous les financements nécessaires au démarrage des travaux conformément à l’accord du président de la République, Paul Biya.

Le projet routier évalué à 200 milliards FCFA semble très lourd à supporter par le gouvernement. C’est ce que va transmettre Emmanuel Nganou Djoumessi au Ministre DCC en guise d’explication, dans une autre correspondance datée du 22 février 2019, ce qui justifie son refus de signer avec les Italiens parce qu’ils facturent le KM d’une route T4 à 901 914 906, ce qu’il trouve onéreux. Il saisira aussi quelques jours plus tard le Ministre d’Etat Secrétaire Général de la présidence pour lui signifier que l’offre de  l’entreprise Italienne « Est for clo ».

Et c’est d’ailleurs ce que va réitérer le Ministre des Travaux Publics au Directeur général de la firme italienne, reçu en audience le 21 mars 2019 par Emmanuel Nganou Djoumessi. Le Patron ICM-CMC a été inviter a revoir à la baisse le coût global desdits travaux. Et de proposer une offre technique moins coûteuse que la première (soit 200milliards de Francs CFA donc 1, 4 milliards de FCFA/ Km de bitume sur un linéaire 179,28 km avec des voies de contournements prévus à Ebolowa et à Akom II). Autre propositions, le mintp a suggéré au PDG de la firme italienne de revoir le standard de cette voie à la baisse car il semble trop élevé. Le ministre des TP avait demandé par la même au maître d’œuvre de réduire la dimension de la chaussée et ne pas prendre à ses dépends l’expropriations, la pose de la fibre optique, l’électrification et autres travaux connexe inscrit dans le cahier de charge.

Au vu contexte actuel du Cameroun relatif aux accords signé avec le FMI, le pays est contraint des restrictions budgétaires. Sur ce point, on est tenté de donne entière raison au Mintp, qui pense aussi que le reliquat obtenu dans la réduction du coût de ses travaux pourrait financer l’entretien ou même la construction d’une autre route.

Au sortir de cette audience, du 21 mars la société italienne avait un délai d’une semaine pour proposer une offre technique qui sied à l’attente du gouvernement. Et ce n’est qu’une fois entrée en possession de cette nouvelle offre que la date du démarrage des travaux et le coût définitif seront connus.   Alors qu’entendez-vous par «  basses manœuvres ».

Leave a Response