close
Cameroun

Aménagement des voies d’accès de la ville de Yaoundé : La route de Mimboman II passera.

Cette ferme mesure a été prise  par Célestine Ketcha Courtes, au bout d’un long processus dialogue entre le gouvernement et les populations de la localité de Nkolo II qui s’opposent aux travaux.

Par Joël Nlomngan 

« Là où la route passe, le développement suit » cet adage bien connu de tous ne semble pas figurer dans le jargon des populations riveraines de la localité de Nkolo II lieudit Chapelle Mimboman dans le IVème arrondissement de Yaoundé. Ces populations autochtones ont poussé à l’arrêt des travaux de bitumage de cet axe routier qui relie lieudit Mimboman « Feicom » à cette partie de la ville. Les raisons, sont celles des indemnisation des populations touchées par le passage des travaux, la non prise en compte de certains droits sociaux notamment sur l’embauche de leurs fils et filles dans la prestigieuse banque des collectivités territoriales qu’est le Feicom. Ils ont entrepris dès lors d’occasionner une sorte de bras de fer avec les autorités pour se faire entendre.

Descendue sur le terrain pour s’acquérir de la situation le 25 mars dernier, Madame le Ministre de l’Habitat et de Développement Urbain Célestine KETCHA COURTES a été ferme :  « Cette route va passer! L’Etat ne casse pas pour casser. Lorsque les maisons sont impactées les indemnisations suivent. Ma priorité ici vise à l’amélioration des conditions de vies des populations, de la réduction du chômage et du développement ». Ainsi s’est elle exprimée au cours de la réunion de crise qu’elle a présidé dans la salle des conférences du Feicom en présence de la tripartite des riverains formés, des chefs traditionnels de cette localité, des responsables de la société Arab contractor chargé du bitumage dudit tronçon, de Madame le Maire de Yde4 et des responsables du Feicom.

Plusieurs plaintes et doléances ont été formulées de la part des chefs traditionnels et des riverains à l’endroit du gouvernement et contre le Feicom. Pour l’intérêt général il a fallu trouver une solution qui satisfasse toutes les parties prenantes.

« Le président de la République  a voulu donner une très belle route à Mimboman mais, malheureusement la mise en œuvre de cette route bitumée de la pénétrante de Mimboman s’est heurtée au refus de la population de libérer les emprises. A chaque fois, je parle de la mobilisation citoyenne et, c’est cela que le Président a appelé cause nationale. Lorsqu’on fait une route c’est d’abord pour la population » explique Célestine Ketcha avant d’ajouter « C’est vraiment dommage que ces grands chantiers se heurtent aux difficultés et, aux incompréhensions de la population. Nous nous sommes compris je pense et, il est important que l’on amorce avant la saison des pluies l’entrée du Feicom et la pénétrante de Mimboman ». A conclu le Mindhu, et d’ajouter que les travaux reprendront d’ici peu.

 

Leave a Response